Le programme SISM 2012

  Du 12 au 24 Mars

 

     La Crise est dans l’air du temps, et il ne se passe pas de jour où l’on ne découvre un pays en crise, une économie qui vacille, un gouvernement qui démissionne… Autant dire que la crise fait peur, et qu’elle annonce parfois le chaos, la désorganisation, la difficulté à trouver des solutions.


En psychiatrie, la Crise est un temps inaugural, spécifique, toujours douloureux. Il faut se donner le temps de l’aborder et des outils théoriques et spécifiques pour y réfléchir. La Crise est un espace de questionnement dans une période existentielle pour la personne en souffrance. Ce temps spécifique doit être contenu et dialectisé, au moment où il surgit, afin de permettre au sujet de remanier quelque chose de son identité et de s’inscrire dans un travail psychique. La présence de la famille est fondamentale : elle soutient et subit, elle doit être associée au parcours de soins. Ainsi, après la crise, vient le moment de se dire, de se parler et, à partir de là, reconstruire et se reconstruire. Si la Crise n’est pas entendue, elle va s’installer, se répéter, s’aggraver et aboutira à l’urgence, bien plus grave…
Comment accueillir ces moments de crise et les travailler pour construire avec le sujet et sa famille un véritable questionnement ?
Les réponses apportées sont déterminantes pour l’avenir.


Qu’en est-il pour la Psychiatrie en crise ? Un constat : la psychiatrie traverse un moment historique difficile et c’est son identité toute entière qui en est bouleversée : entre la santé mentale et la psychiatrie, le sanitaire, le médico-social et le social, le dedans et le dehors, la psychopathologie et les neurosciences, la mise en place de la loi du 5 juillet 2011 dans un contexte sécuritaire et peu lisible, il est difficile de garder des repères clairs et structurants. Il ne faut certes pas céder sur l’éthique mais plutôt que de se situer dans la plainte ou dans la nostalgie, ne faut-il pas conjuguer les approches et les discours, s’interroger sur la formation des soignants, prendre du recul sur les pratiques, afin de fonder une psychiatrie nouvelle, plurielle, riche de sa diversité, qui affirme donc une déontologie, celle du respect de l’autre dans sa singularité, du soin et de son accompagnement, quel qu’en soit le lieu d’exercice ?


Comme chaque année, nous vous proposons des regards croisés, ceux des soignants, des familles, des Usagers, des partenaires sociaux, des Elus, afin de construire ensemble une réflexion et être force de propositions… Dans ces moments de Crise, quel qu’en soit le niveau, la Parole est  essentielle,
nous vous attendons donc pour en débattre lors de la SISM 2012.

 

SISM 2018

du 12 au 25 mars

Justice et Psychiatrie

Mardi 5 Décembre 2017

Cinéma le GYPTIS

de 9h à 17h.

SISM 2017

Du Mardi 14 mars,

au Vendredi 24 mars.



Où consulter ?

 

 

 

Clicker sur la photo, diaporama: 45s